Inicio > Mis eListas > coaciosforu > Mensajes

 Índice de Mensajes 
 Mensajes 11841 al 11860 
AsuntoAutor
Re: Fotos atlas jjfuente
Gorrión david al
Re: Las virtudes d jjfuente
Chova anillada Emilio G
Paíños Nacho Ve
La Vaca (23/6/07) JORGE Va
Re: Fotos atlas Adrian V
Re: Fotos atlas jjfuente
Nombres científico Pablo Fe
Re: Nombres cientí Andres B
La Olla (Gijón) Jose Man
observaciones 24.0 Nacho Ve
Campañas de anilla Carlos Z
=?UTF-8?Q?venta_eq NACHOVEG
Re: Iglesias monum jjfuente
Fotos Emilio G
eider salinas daniel l
Buitres belgas: má Rafa Sai
Centro cría urogal restiell
RE: Chova anillada Juan F G
 << 20 ant. | 20 sig. >>
 
coaciosforu
Página principal    Mensajes | Enviar Mensaje | Ficheros | Datos | Encuestas | Eventos | Mis Preferencias

Mostrando mensaje 11861     < Anterior | Siguiente >
Responder a este mensaje
Asunto:[coaciosforu] Buitres belgas: más
Fecha:Martes, 26 de Junio, 2007  12:15:16 (+0200)
Autor:Rafa Saiz Elizondo <rafasaiz @.........net>

La web francesa Ornithomedia publica más información sobre la irrupción de buitres en Bélgica. Está en francés, claro, aunque incluye un resumen en inglés..

http://www.ornithomedia.com/magazine/mag_art362_1.htm


Vautours affamés en Belgique : décret royal et mouvements


Date de mise en ligne : 20/06/07 - Modification : 22/06/07

Quelques villes survolées par des Vautours fauves (Gyps fulvus) entre le 16 et le 19/06/07: 1) Virelles, 2) Ruisbroek, 3) Ninove, 4) Oudenaerde, 5) Toufflers, 6) Bauvin
Au cours du week-end du 16 juin 2007, jusqu'à 200 Vautours fauves (Gyps fulvus) ont été comptés au-dessus de la Belgique, des Ardennes à la Flandre en passant par la région de Bruxelles. Quelques oiseaux ont également été notés le 19 juin au-dessus de du département du Nord en France.
Bien entendu, cette espèce est très rare dans le nord de l'Europe, et même si quelques oiseaux avaient déjà été signalés ici et là dans le plat pays (et aux Pays-Bas) au cours des dernières années, ce chiffre est exceptionnel.
Pour la plupart des associations, cette situation est due aux mesures sanitaires liées à la directive CEE numéro 1774/2002 ayant pour objet la lutte contre l'Encéphalite Spongiforme Bovine (ESB), et qui ont entraîné la quasi-fermeture des charniers ibériques (lire
Les vautours d'Europe menacés par une décision européenne).
Mais peut-on accuser l'Union Européenne et l'Espagne de ne pas tenir compte des conséquences écologiques de cette mesure? Il semble que non, l'Union Européenne précisant que des dérogations avaient été prévues pour aider sous certaines conditions les rapaces d'Espagne, du Portugal, d'Italie, de France et de Grèce, et le royaume ibérique ayant adopté par Décret Royal au mois de mai 2007 des autorisations de mise à disposition de cadavres. Les effets de ce texte sont sûrement encore trop récents, et dépendent en outre de son application par les provinces autonomes du pays de Don Quichotte.

Mais une autre hypothèse est évoquée par l'ornithologue Michel Terrasse, appuyé par Jean-Pierre Choisy du Parc Naturel Régional du Vercors : ces mouvements ne seraient-ils pas naturels, devenant plus visibles avec la croissance des populations européennes?


Abstract

Publicité
The 16th and 17th of June 2007, dozens, maybe two hundreds Griffon Vultures (Gyps fulvus), probably coming from Spain where cattle corpses are less available due to the CEE n.º 1774/2002 European Sanitary Directive against the Bovine Spongiform Encephalopathy (BSE), were watched above Belgium, over the Flemish region, the Ardennes and even near Brussels! A few more birds were seen in France, near the Belgium border.
The 19th of June, 200 kg of pork meat were placed by the Natuurpunt association in a grassland near Ninove (18 km west to Brussels) to help the vultures. In 2006, in France, some vultures probably coming from Spain were also seen over central and eastern regions, surely due to the same sanitary restrictions.
But are the European Commission and Spain really guilty? The first one announced that some derogations are tolerated to help raptors, and in May 2007, a Royal Edict was voted to allow cattle raisers to bring cattle carcasses in special places under special conditions.
We have added the opinion of the ornithologist Michel Terrasse : for him, these summer movements are natural, and are more visible since the growth of the Iberian colonies.


Des vautours affamés et la décision espagnole

200 vautours au-dessus de la Belgique (sources : Aves, Natagora, Le Soir)


Vautour fauve (Gyps fulvus)
En 2003, ce Vautour fauve (Gyps fulvus) avait été vu aux Pays-Bas tuant des Cigognes blanches dans un centre de reproduction de cette dernière espèce
Photo : Andre Boonstra
Un total de près de 200 Vautours fauves (Gyps fulvus), venant probablement d'Espagne, ont été vus au cours du week-end des 16 et 17 juillet au-dessus de la Belgique, avec par exemple :
- le 16/06/07, 18 Vautours fauves au-dessus de Ruisbroek (Flandre).
- le 17/06/07, 97 vautours au-dessus d'Oudenaerde (Flandre).
- le 17/06/07, un groupe de 60 vautours au-dessus de l'Aquascope de Virelles (Wallonie).
Le 19/06, des vautours étaient déjà aux Pays-Bas : Oostburg, Neelte Jans, Schoondijke (Zeeuws-Vlaanderen), Tilburg, Leerdam, Amersfoort, Oss, Apeldoorn zuid ... (source: Dutchbirding.nl).
En France également, de petits groupes ont été notés au-dessus du département du Nord:
- le 19/06/07, 3 Vautours fauves au dessus de Bauvin, se drigeant vers Billy-Berclau (Pas de Calais), d'Est en Ouest (source : Ornitho59-62).
- le 19/06/07, une "pompe" de Vautours fauves au-dessus de Toufflers vers 12h.
Le 20 juin, la plupart des vautours auraient quitté la Belgique, et sont déjà aux Pays-Bas (Eindhoven, Zoetermeer-Buytenpark, Apeldoorn, Nijmegen, Roelofarendsveen, ...), voire pour certains en Allemagne, à la recherche de territoires plus accueillants (sources : Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux, Dutchbirding.nl)
Pour le plupart des associations et des naturalistes, ces arrivées de Vautours fauves loin de la péninsule ibérique serait liée à l'application de la directive
numéro 1774/2002 ayant pour objet la lutte contre l'Encéphalite Spongiforme Bovine (ESB), entraînant la destruction des cadavres de bovins, d'ovins et de caprins, et la fermeture de la plupart des charniers (lire : Les vautours d'Europe menacés par une décision européenne).
Le mardi 19 juin au matin, l'association flamande de protection des oiseaux a placé 200 kilos de viande de porc dans une prairie à Ninove (18 km à l'ouest de Bruxelles), afin de permettre aux oiseaux de "reprendre des forces" pour retourner au-delà des Pyrénées. A noter que ce geste, si généreux soit-il, est illégal d'après la directive européenne, qui ne prévoit des dérogations pour déposer des carcasses que pour cinq pays du Sud de l'Europe. Cette initiative pourrait inciter certains vautours à rester en Belgique.

Pourquoi l'Union Européenne veut-elle fermer les charniers "traditionnels"?

La décision d'éliminer les cadavres d'animaux et de fermer la plupart des charniers est liée à la peur que ces derniers, exposés au soleil et au vent, soient accessibles aux mammifères, aux insectes et aux oiseaux, d'où des risques supposés de dissémination du prion (virus) de l'ESB.
L'autre crainte serait que les eaux soient polluées par les effluents gazeux et liquides, riches en bactéries et éventuellement contenant le prion.

L'Espagne a réagit par décret royal pour assouplir la directive

Traditionnellement, dans la péninsule ibérique, quand une vache ou une chèvre mourrait, elles étaient laissées sur place, ou bien transférées dans un charnier à ciel ouvert.
Avec l'apparition de l'ESB, les autorités espagnoles et les autres pays ont adopté la directive (CE) 177/2002 qui modifie la gestion des produits animaux non destinés à la consommation humaine. Elle oblige les éleveurs à collecter et à éliminer les cadavres, et rendait le maintien de charniers quasi-impossible. Cette situation a entraîné une diminution de la nourriture disponible, provoquant une baisse du taux de reproduction des grands rapaces, un changement dans leur comportement et une augmentation des symptômes de malnutrition parmi des oiseaux récupérés dans des centres de soins. Dans le Refugio de Rapaces de Montejo de la Vega (Ségovie), où vit la plus grande colonie de Vautours fauves du pays, les recensements réalisés en 2007 par WWF/Adena ont montré une chute de 27% du nombre de jeunes élevés, et de 17% du nombre de couples reproducteurs.
Mais la Commission Européenne a rejeté les accusations de mise en danger des rapaces nécrophages, précisant que sa directive avait prévu des dérogations dans certains pays comme l'Espagne, mais aussi le Portugal, la France, l'Italie et la Grèce. L'Union Européenne précise que les pays concernés s'engagent toutefois à ce que les carcasses destinées à la faune sauvage ne présentent aucun risque pour la santé et soient exemptes d'ESB. L'Espagne a confirmé cette dérogation par un Décret Royal (Real Decreto 664/2007, lire le décret en entier sur www.lexureditorial.com/boe/0706/11077.htm) adopté par le Conseil des Ministres le 24 mai 2007.

Vautour moine (Aegypius monachus)
Le Décret Royal voté en mai 2007 sera également favorable à d'autres rapaces charognards, comme le Vautour moine (Aegypius monachus)
Photo : Dave Trotter

Ce texte prévoit que ces charognes serviront à l'alimentation d'espèces protégées et/ou menacées comme le Gypaète barbu (Gypaetus barbatus), le Vautour fauve, le Vautour moine (Aegypius monachus), le Vautour percnoptère (Neophron percnopterus), le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus), l'Aigle royal (Aquila chrysaetos), l'Aigle impérial (Aquila adalberti), le Milan noir (Milvus migrans) et le Milan royal (Milvus milvus) dans les zones où leurs besoins alimentaires ne sont pas couverts. Les carcasses devront être disposées suffisamment loin (à 500 m minimum) de toute zone habitée, jamais près de cours d'eau ou de sources, être déposées dans un espace clôturé, bien accessible aux rapaces, avec un accès unique pour les véhicules de transport.
Le 26 mai 2007, sur le site web du journal El Pais (www.elpais.com), on découvre d'autres détails, comme le fait que ce décret a comme objet non seulement d'autoriser la mise à disposition de cadavres aux oiseaux charognards, mais aussi "d'éviter des attaques de bétail vivant", un phénomène qui se serait "multiplié au cours des quatre dernières années" depuis l'application de la directive européenne (des phénomènes semblables auraient été notés également dans le Sud-ouest de la France : lire notre brève La position de la LPO sur les "attaques de vautours").
Le journal d'El Pais signale par exemple que des blogs avaient annoncé que le 3 mai 2007, 100 vautours avaient tué une vache dans la Valle de Mena (Burgos, Castille-et-León) ; les oiseaux auraient confondu l'animal mettant bas avec un cadavre. Des attaques similaires se seraient produites dans toute l'Espagne. José Manuel de las Heras, président des éleveurs de la communauté de Burgos, a déclaré le 24 mai que des mises à disposition de carcasses étaient devenues indispensables, l'augmentation de la population des vautours et la disparition de leur source de nourriture pouvant constituer un danger pour le bétail, dont les chevaux.

Des réactions prudentes des associations

Les associations espagnoles WWF/Adena celebran et SEO ont salué le vote du décret. Juan Carlos Atienza, coordinateur chez CATHEDRAL/BirdLife, précise que ce dernier constitue une bonne nouvelle pour les rapaces, tout en rappelant que la situation de ceux-ci reste fragile : en effet, tout dépendra de l'application de la décision dont les modalités dépendent des régions autonomes. L'Aragon, qui était particulièrement montrée du doigt pour son zèle dans l'application de la directive européenne, appliquera-t-elle le décret avec autant d'empressement ?

Des intérêts financiers

Yves Thonnerieux apporte en outre une précision inquiétante : "A grands coups de financements divers, des unités d'incinération des carcasses animales ont été construites par les autorités espagnoles et sont devenues opérationnelles depuis peu. De gros enjeux financiers, pas toujours très transparents (source personnelle), sont à l'ordre du jour et on voit mal comment ces sites de destruction des carcasses pourraient être fermés pour un retour à la normale et afin que les vautours jouent à nouveau leur rôle d'éboueurs naturels et d'agents sanitaires. Cette lamentable situation de pénurie alimentaire pour les vautours espagnols les conduit depuis quelque temps à des mouvements désordonnés, parfois massifs, loin de la Péninsule Ibérique.

Une autre hypothèse : des mouvements estivaux naturels?

Vautours fauves (Gyps fulvus)
Les mouvements de Vautours fauves (Gyps fulvus) entre l'Espagne et l'Europe du Nord seraient-ils naturels?
Photo : Arnon Goldstein

Pour Michel Terrasse, ornithologue et fondateur du Fonds d'Intervention des Rapaces (FIR), appuyé par Jean-Pierre Choisy, du Parc Naturel Régional du Vercors, ces apparitions de rapaces loin de leurs sites de nidification ne seraient pas principalement liés à un phénomène de disette, mais seraient naturels.
Pour Jean-Pierre Choisy, il est même impossible que le manque de nourriture en Espagne soit la cause déterminante de ces mouvements.
En effet, bien avant la pénurie de 2006 en Espagne, ces mouvements avaient déja commencé, il y a de nombreuses années, s’amplifiant au fil des ans.Cela est visible dans la synthèse publiée par M. Terrasse en 2006 dans la revue Ornithos.
Ces mouvements sont également traités, mais avec moins de données, dans un article plus ancien de deux ans : A Success Story: The Reintroduction of Griffon Gyps fulvus and Black Aegypius monachus Vultures in France, Terrasse M., Sarrazin, F. Choisy, J.P., Clemente, C., Henriquet, S., Lecuyer, P., Pinna, J.L., & Tessier, C. 2004, In Chancellor, R.D. & B.-U. Meyburg (eds) Raptors Worldwilde. WWGBP: 127-145.
En outre, depuis la pénurie de 2006 en Espagne, ces mouvements gardent un phénologie saisonnière alors que la pénurie dans certaines provinces espagnoles dure toute l’année. On continue à observer un mouvement important vers le Nord de non nicheurs en été, avec reflux vers le sud en hiver. Si la disette déterminait le flux vers le nord, comment s’expliquerait le reflux vers le Sud, alors qu’elle persiste? Ce reflux atteint l’Espagne, comme le montre les lectures de bagues et le suivi par satellite d’un vautour équipé en Allemagne en 2006.
En réalité, on assiste à la reconstitution de mouvements saisonniers de non nicheurs. Quand le Vautour fauve avait été réduit à quelques bastions, ibériques et (naguère) balkaniques, ces mouvements avaient cessé (sauf ceux vers les Alpes autrichiennes à partir de la population méditerranéenne de Croatie).
Cette reconstitution s’accélère même au fil des ans. Il est possible que, depuis 2006, la situation dans certaines provinces d’Espagne ait dynamisé le processus. Mais elle n’est pas à son origine et, même sans elle, il aurait continué à s’accélérer. Un traitement statistique adéquat devrait d’ailleurs permettre de savoir s’il y a ou non une différence significative entre l’accroissement avant 2006 et celui depuis 2006.
Il convient de rappeler que le Vautour fauve nichait dans le sud de l’Allemagne jusqu’au XVIIIème siècle, remontant encore plus haut aux XIIIème-XIVème siècles (à la même latitude que le Luxembourg). Il est ainsi à prévoir que des vautours soient au cours des prochaines années observés en Pologne, en Tchéquie, ... Pour le moment, la Manche semble les arrêter.
Pour Michel Terrasse: "dire que ces oiseaux sont affamés est sans doute faux en grande partie. Comment seraient-ils capables d’accomplir ce grand voyage et de revenir s’ils étaient dénutris? En tout cas depuis que nous suivons ces déplacements, les accidents ou incidents de parcours, qui pourraient indiquer un état de cachexie, sont exceptionnels. Tout porte à croire qu’une grande partie de ces jeunes vautours accomplit ce grand voyage, comme une soupape de sécurité pour lutter contre la surpopulation des colonies ibériques. Je pense (voir mon article qui propose plusieurs hypothèses ) qu’ils sont capables de refaire plusieurs années de suite ce “pèlerinage” vers le nord [...] le rétablissement des routes migratoires, abandonnées depuis plus d’un siècle par les grands rapaces planeurs que sont les vautours, n’est plus une utopie...".
Jean-Pierre Choisy vous demande le contacter par e-mail (jean-pierre.choisy@pnr-vercors.fr) si vous avez pu voir des bagues sur ces vautours, et si oui, leur couleur et les caractères qu’elles portent. Avec une longue-vue, au grossissement 60x, les grosses bagues de couleur sont assez faciles à lire, même à 200 m ou plus, surtout quand les oiseaux mangent. A moins de 15 ou 20 m, des bagues métalliques peuvent parfois être lues.


Réagissez à cet article sur notre forum Voyage / Observations ou
par e-mail à david.bismuth@....







Crea tu propia Red Social de Noticias
O participa en las muchas ya creadas. ¡Es lo último, es útil y divertido! ¿A qué esperas?
es.corank.com
-~--------------------------------------------------------------------~- Consultas recomendadas: * Nivel de comunicaciones: http://egrupos.net/hs/83 * Comunicación: cursos, servicios, etc.: http://egrupos.net/hs/27 * Comunicación Celular: http://egrupos.net/hs/29 -~--------------------------------------------------------------------~- -~--------------------------------------------------------------------~- CREA GRATIS TU PROPIA RED SOCIAL DE NOTICIAS O participa en las muchas ya creadas. ¡Es lo último, es útil y divertido! ¿A qué esperas? Visita ya mismo http://es.corank.com/ --~------------------------------------------------------------------~--